Désencombrement de la salle de bain

salle-bain-800x600
Nous avons la chance d’avoir une belle salle de bain contiguë à notre chambre. Plutôt grande (11m2), haute de plafond (3m), lumineuse (grande fenêtre exposée ouest), elle est équipée d’une grande baignoire, d’une douche à l’italienne, d’un plan avec 2 vasques, d’un grand miroir couvrant tout un mur et, cachés par une demi-cloison, d’un WC et d’une petite buanderie. Tout ce qui se trouve dans notre salle de bain est rangé sur des étagères, dans des corbeilles ou posé sur le plan vasque.

Avec un tel profil, notre salle de bain mérite bien un traitement haut de gamme 🙂 qui passe bien évidemment par une sérieuse séance de désencombrement.

Comme pour la cuisine, j’ai commencé par tout vider afin d’effectuer un tri sur la base de quatre critères :

  • supprimer ce qui était en plusieurs exemplaires,

  • supprimer tout ce qui n’était plus utilisé, voire n’avait jamais été utilisé,

  • supprimer ce qui était abîmé, périmé, pas très bio,

  • limiter le plastique et autres matériaux non recyclables.

J’ai commencé par les serviettes de bain. Au fond de la pile, il y a avait plusieurs serviettes de couleur bleue que nous n’utilisions plus depuis longtemps, sans oublier 4 draps de plage dont 2 oubliés depuis belle lurette. Pourquoi en conserver autant ? J’ai donc décidé de ne garder que les 2 draps de plage que nous utilisons. Quant aux serviettes, je n’ai conservé que 4 jeux pour nous (2 blancs et 2 taupes, en harmonie avec notre salle de bain), un jeu comprenant un drap de douche et une plus petite serviette pour les cheveux. J’ai aussi gardé 2 jeux pour les invités et 4 essuie-mains blancs qui nous servent en cuisine et dans les WC séparés.

J’ai ensuite vidé les 5 corbeilles. Nous avons chacun une corbeille personnelle, une autre pour les petits appareils (sèche-cheveux, épilateur électrique, tondeuse à barbe), une pour la pharmacie et une dernière pour les réserves le foutoir. Évidemment, c’est pour cette dernière corbeille que le tri a été le plus qu’utile. J’y ai notamment retrouvé des tas d’accessoires de l’époque où j’avais les cheveux mi-longs et colorés (pinces à cheveux, barrettes, chouchous, charlottes en plastique, peigne spécial coloration, poudre de sidr). Sans oublier des parfums que je ne porte plus (Shalimar de Guerlain et Rouge d’Hermès), un gant de crin, une loofah, un gant de hammam, des tubes de crème solaires entamés, des lingettes démaquillantes, une petite trousse à maquillage oubliée et 2 coffrets-cadeaux contenant des pinceaux à maquillage avec manches en plastique jamais utilisés. De cette corbeille, je n’ai finalement conservé que le gant de hammam qu’il m’arrive d’utiliser dans mon bain le dimanche soir quand il fait très froid dehors, des cotons de démaquillage (je finirai le paquet même si je me suis depuis convertie aux cotons lavables), des paquets de mouchoirs en papier (pas encore prête pour le retour aux mouchoirs en tissu), la poudre de sidr qui peut être utilisée en cas de cuir chevelu irrité, de l’argile verte prête à l’emploi en attendant de savoir qu’en faire et le parfum ‘Rose poivrée‘ de The Different Company dont je n’ai pas pu me séparer (quand j’ai ouvert le flacon, tout plein de bons souvenirs me sont revenus en mémoire). Cette corbeille a globalement retrouvé sa vocation initiale : servir de réserve pour les petits contenants que nous utilisons pour les voyages en avion, quelques produits d’avance et quelques petites choses qui servent de temps en temps.

De ma corbeille personnelle (je n’ai pas regardé celle de mon chéri), j’ai jeté 3 types de démaquillants d’avant mon passage au bio, un reste de shampoing sec que je vais remplacer par de la fécule de maïs, du gel, de la cire et de la mousse pour les cheveux (comment ai-je pu me mettre tout ça sur la tête !), de l’huile de bourrache éventée (même fraîche, l’odeur était épouvantable), des clear-up strips pour le nez à la composition pas très clean, des échantillons de crème, un fond de teint ouvert je ne sais plus quand et une lotion pour les cheveux Dr. Hauschka jamais utilisée et qui ne va donc pas me manquer. Je me suis aussi séparée de 2 brosses à cheveux (j’en avais 4 !).

De la corbeille commune (petits appareils électriques), je n’ai finalement enlevé qu’une brosse à cheveux chauffante et tous ses accessoires, un sèche-cheveux unique est bien suffisant. C’est la corbeille ‘pharmacie’ qui a été la plus facile à trier car elle a toujours été limitée au strict nécessaire : quelques pansements, des compresses stériles, un désinfectant, un thermomètre, du paracétamol, et une trousse de secours que l’entreprise de mon cher et tendre lui fournit pour ses lointaines missions et renouvelle régulièrement. Nous conservons rarement les médicaments une fois les traitements médicaux terminés.

Sur le plan vasque, je n’ai pratiquement touché à rien. On y trouve notamment nos parfums (2 chacun) ainsi qu’un petit plateau qui contient mes produits de maquillage. En début d’année, j’ai renouvelé plusieurs produits après avoir été prendre un cours de maquillage chez Bobby Brown (cours  disponible en ligne).  Après l’arrêt de la coloration de mes cheveux, j’ai voulu tout reprendre à zéro. Même si je trouve que beaucoup trop de produits sont prescrits (je ne les ai pas tous achetés), j’ai beaucoup aimé le choix des couleurs que l’on m’a recommandé et le rendu final du maquillage, très naturel. J’avais cherché un cours équivalent utilisant du maquillage bio, mais sans succès. Lorsque j’aurai besoin de renouveler les produits, je chercherai l’équivalent en bio. En attendant, je conserve tout ce que j’ai acheté.

Je n’ai pas non plus touché aux 2 boites en inox qui contiennent nos petits outils (ciseaux, pinces à épiler, lime en verre, bâtonnets en bois).

Si je suivais les conseils de Béa Johnson à la lettre (Cf. son livre ‘Zéro déchet‘), j’aurais dû me séparer des 2 petits vases qui décorent le plan vasque ainsi que des plantes vertes en bord de baignoire. C’est vrai que leur entretien demande du temps, la poussière colle souvent aux feuilles, mais c’est aussi bien agréable d’avoir du vert dans la salle de bain. J’ai aussi conservé la petite poubelle en inox, nous n’en sommes pas encore au zéro déchet, ainsi que les 2 grands tapis de coton posés au sol pour avoir les pieds bien au chaud en hiver. Je parlerai de la buanderie dans un autre article consacré aux produits de ménage.

Prochaine étape du désencombrement : la garde-robe d’été ! Çà promet….

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s