Terrasses en habits d’hiver

Après avoir ramassé des sacs entiers de feuilles, en bien trop grande quantité pour la capacité de notre composteur (et ce n’est pas encore fini), il a bien fallu se résoudre à préparer les terrasses aux rigueurs de l’hiver.

Les premières années, dès l’annonce des premiers gels nocturnes, je me précipitais sur les voiles d’hivernage, le plastique à bulles et les sacs de jute pour emballer les plantes sensibles au gel (pots et ramures). J’emballais aussi le salon de jardin dans une grande housse et j’empilais les chaises que je mettais aussi sous protection dans un coin. Résultat : des terrasses bien moches pendant des mois  😦

Il peut faire très froid à Bruxelles (-15°C déjà constatés sur nos terrasses), avec parfois des températures qui restent en-dessous de zéro toute la journée.

Depuis l’aménagement de nos terrasses en 2009, lors des hivers rigoureux, nous avons souvent perdu des annuelles (pas d’endroit pour les stocker en intérieur), mais aussi une clématite Armandi (feuillage persistant) qui était très étalée sur un treillage et donc difficile à protéger, un oranger du Mexique, un laurier-rose et un pin parasol (jamais vraiment compris pourquoi). J’ai racheté une clématite plus résistante qui perd ses feuilles en hiver, un laurier-rose ‘villa romaine’ qui résiste jusqu’à -10°C ainsi qu’un nouvel oranger du Mexique parce que je sais pas lui résister.

En revanche, les oliviers et le figuier, qu’on dit très fragiles notamment en pot, ont très bien résisté au gel (bacs bien emballés et bon drainage pour éviter qu’un reste d’eau ne gèle autour des racines). Le romarin et les lavandes ont parfois fait un peu la tête, mais après une petite taille de remise en forme au printemps, ils ont retrouvé belle allure. Les feuilles les plus exposées des jasmins étoilés rougissent au froid et finissent par tomber petit à petit, mais elles sont remplacées par de nouvelles feuilles à la belle saison.

Avec le temps, j’ai donc appris à me relaxer 🙂

Je n’emballe plus ni le salon de jardin, ni la table et les chaises qui restent en place. La pluie, la neige et le froid ne les ont pas abîmés. Pas de trace de rouille jusqu’à présent, ni de décoloration de la résine tressée.

Pour éviter aux oliviers de tomber en cas de grand vent, je les ai calés chacun dans un coin de la terrasse. L’un des bacs, qui avait été renversé il y a quelques années, s’est finalement fendu.

J’ai juste rentré l’hibiscus qui n’est pas en très grande forme actuellement (il n’aime pas les changements trop brusques), et rapproché chaque fois que possible les plantes les plus fragiles des murs : agapanthe, cinéraires, romarin, laurier-rose, laurier-sauce, lavandes et oranger du Mexique.

Je prends des nouvelles de la météo chaque jour, mais tant qu’on n’annonce pas des températures négatives la nuit, je laisse les plantes libres de tout emballage. Dès que les températures annoncées se rapprochent de -5°C, j’emballe les pots des plantes les plus fragiles avec du plastique à bulles afin de protéger les racines et, pour celles qui ont un feuillage persistant, j’installe un voilage d’hivernage (2 à 3 épaisseurs selon la fragilité de la plante) au bas du feuillage. Je ne recouvre totalement la plante qu’en fonction des températures annoncées, sinon je laisse le voilage ouvert. Si je dois m’absenter quelques jours, je laisse le voilage en place. J’ai aussi appris à ne pas lésiner sur la ficelle pour faire tenir tout ça, car les vents peuvent être très forts en hiver.

L’hiver en terrasse n’est pas ma saison préférée : le sol en bankirai devient glissant avec la mousse qui se forme dans les endroits qui ne sont pas exposés au soleil. Il n’y a presque plus de fleurs à part le jasmin d’hiver et les pensées et il faut attendre la fin de l’hiver pour voir fleurir les bulbes. Mais ce  temps de pause est mis à profit pour réfléchir aux travaux de fin d’hiver et à de nouvelles idées d’aménagement qui ne vont pas encore manquer cette année :-). Et puis, il y a toujours le plaisir de contempler les mésanges qui viennent picorer les graines qu’on met à leur disposition et visiter le nichoir à proximité de la fenêtre.

mesange charbonnière

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s